Les musulmans ont aussi représenté Mahomet

Les musulmans ont aussi représenté Mahomet

Vécue comme un blasphème par beaucoup de musulmans, la représentation du Prophète est au cœur du choc entre laïcité et islam. Pourtant, ce rapport à l’image a vécu un parcours complexe. Cet article est paru dans les pages du Matin Dimanche, le 25 janvier 2015.

Lire la suite « Les musulmans ont aussi représenté Mahomet »

Publicités

La Guerre de Troie a-t-elle eu lieu ?

La Guerre de Troie a-t-elle eu lieu ?

Que sait-on vraiment de la guerre de Troie? A-t-elle seulement eu lieu? Un livre fait la lumière sur les différentes controverses qui divisent archéologues et homéristes à propos de cette cité mythique. Article paru dans le Matin Dimanche, le 11 janvier 2015.

A force de retourner la région une pioche dans une main et l’«Iliade» dans l’autre, l’archéologue Heinrich Schliemann était persuadé qu’il allait trouver quelque chose sur la colline d’Hisarlik, là où sont censés se trouver les vestiges de l’ancienne Troie. Il finit par toucher le jackpot. En 1873, il annonce avoir exhumé du site pas moins de 8000 objets constituant le fameux «trésor de Priam», du nom du dernier roi de la ville de Troie avant que les Achéens ne s’en emparent. Le hic, c’est que dans son enthousiasme, Schliemann est allé un peu vite. Il a creusé trop profondément. Les trouvailles qu’il a léguées à l’Empire allemand en 1881 sont donc bien antérieures à la période qui l’intéresse. Lire la suite « La Guerre de Troie a-t-elle eu lieu ? »

Les Borgia sentent toujours le souffre

Les Borgia sentent toujours le souffre

Inceste, crime, népotisme, cette famille espagnole qui a régné sur le Saint-Siège au XVe siècle n’en finit pas de susciter des fantasmes. Et a alimenté, encore cette année, des livres et des séries télé. Cet article est paru dans le Matin Dimanche du 21 décembre 2014. Lire la suite « Les Borgia sentent toujours le souffre »

Pierre Pascal, grand passeur de la culture russe en Occident

Pierre Pascal, grand passeur de la culture russe en Occident

Discret, difficilement cernable, Pierre Pascal est pourtant une grande figure du XXe siècle. Cet intellectuel catholique s’est, pour un temps, converti au bolchevisme. Article paru dans le Matin Dimanche du 30 novembre 2014.

Mai 1916, la Russie engagée au côté des Alliés dans le premier conflit mondial accumule les défaites face à l’Allemagne. Le gouvernement français décide d’envoyer une mission militaire à Petrograd, capitale de l’empire des tsars, pour évaluer l’étendue des dégâts. C’est peine perdue. Les bolcheviques prennent le pouvoir et quelques mois après la Révolution d’octobre 1917, la Russie et l’Allemagne signent la paix à Brest-Litovsk. Les Français doivent plier bagage. L’un d’eux, Pierre Pascal, décide de rester. Il ne reviendra en France que dix-sept ans plus tard. Lire la suite « Pierre Pascal, grand passeur de la culture russe en Occident »

Le docteur Petiot était-il fou?

Le docteur Petiot était-il fou?

L’homme qui brûlait ses victimes dans son fourneau ne cesse de fasciner, ses crimes ont donné lieu à toutes sortes de conjectures. Claude Quétel, historien, remonte à son enfance pour percer ses secrets. Article paru dans le Matin Dimanche du 16 novembre 2014.

9556c7434c657c5a086293f61b75eae0_XLParis, samedi 11 mars 1944. Un habitant de la rue Lesueur appelle le commissariat. Depuis la veille, une étrange fumée noire, dense, nauséabonde, s’échappe de la cheminée d’un hôtel particulier. Le propriétaire n’est pas là. Comme on craint que le feu s’étende aux pièces du bâtiment, les pompiers décident d’y pénétrer. Dans la chaudière, deux petits fourneaux ronronnent bruyamment. Ils sont visiblement alimentés par des corps humains dépecés et démembrés. Le docteur Petiot, propriétaire des lieux, fait son apparition peu après. Il affirme à l’un des policiers qu’il s’agit de cadavres de soldats allemands, et que la maison constitue une planque pour la Résistance. Le pandore décide de laisser filer l’assassin, qui ne sera repris que plusieurs mois plus tard, après la Libération. Lire la suite « Le docteur Petiot était-il fou? »

Du maître tout puissant au coach : regard sur l’évolution du statut de l’enseignant

Du maître tout puissant au coach : regard sur l’évolution du statut de l’enseignant

A quoi ressemblait une salle de classe il y a cinquante ans? L’émission de la RTS «C’était mieux avant?» et «Le Matin Dimanche» se penchent sur l’évolution de l’école et du statut des enseignants. Article paru dans le Matin Dimanche, le 2 novembre 2014 sous le titre  » C’est la mondialisation qui a profondément changé l’école ».

Il a les cheveux courts, est rasé de près, porte une blouse molletonnée longue et difforme. Sous ses épaisses lunettes, ses yeux jettent des éclairs qui pétrifient les insolents. Il fait comme nul autre crisser la craie sur le tableau noir en psalmodiant des phrases sans queue ni tête que la classe retranscrit religieusement. Lui, c’est le maître d’école, un être omnipotent, qui ne partage son autorité qu’avec le syndic et l’homme d’Eglise. Les élèves et même les parents le craignent et le respectent. Il est partout: dans les histoires du Petit Nicolas, les films de Truffaut, et dans les souvenirs embrumés des anciens qui ont fréquenté il y a très longtemps les bancs d’école. Albert Camus lui a même dédié son Prix Nobel de Littérature. Lire la suite « Du maître tout puissant au coach : regard sur l’évolution du statut de l’enseignant »

Adam Töpffer a croqué les premières genevoiseries en 1814

Adam Töpffer a croqué les premières genevoiseries en 1814

Peintre, le père de Rodolphe Töpffer a également produit une série de caricatures féroces sur les moeurs et les affaires politiques de la Cité de Calvin au début du XIXe siècle. Article paru dans le Matin Dimanche du 26 octobre 2014.

Le peintre genevois Wolfgang-Adam Töpffer fulmine en ce jour du mois d’août 1814. Genève vient d’accepter une Constitution un peu trop raide à son goût. On y introduit un système censitaire, où seuls les plus riches citoyens accédaient au droit de vote. L’article 8 du texte permettait toutefois d’exonérer du cens électoral certains notables comme les pasteurs et les responsables d’institutions de santé et de bienfaisance: des personnalités politiquement proches des idées conservatrices portées par cette nouvelle Constitution. Töpffer va sublimer sa rancoeur à l’égard de ce texte qu’il juge inique et du gouvernement qui le porte dans une série de caricatures hautes en couleur. On peut les découvrir au Musée international de la Réforme (MIR) à Genève dans le cadre d’une exposition temporaire qui se tient jusqu’au 1er février 2015. Lire la suite « Adam Töpffer a croqué les premières genevoiseries en 1814 »