Mais que sont allés faire les Suisses en 1515 à Marignan?

Mais que sont allés faire les Suisses en 1515 à Marignan?

Cette fameuse bataille opposa l’armée du roi de France aux soldats suisses, combattants redoutables et réputés. Deux jours d’âpres combats que relate l’historien Amable Sablon du Corail dans son dernier ouvrage. Article paru dans le Matin Dimanche, le 29 mars 2015.

Lire la suite « Mais que sont allés faire les Suisses en 1515 à Marignan? »

Publicités

Pierre Pascal, grand passeur de la culture russe en Occident

Pierre Pascal, grand passeur de la culture russe en Occident

Discret, difficilement cernable, Pierre Pascal est pourtant une grande figure du XXe siècle. Cet intellectuel catholique s’est, pour un temps, converti au bolchevisme. Article paru dans le Matin Dimanche du 30 novembre 2014.

Mai 1916, la Russie engagée au côté des Alliés dans le premier conflit mondial accumule les défaites face à l’Allemagne. Le gouvernement français décide d’envoyer une mission militaire à Petrograd, capitale de l’empire des tsars, pour évaluer l’étendue des dégâts. C’est peine perdue. Les bolcheviques prennent le pouvoir et quelques mois après la Révolution d’octobre 1917, la Russie et l’Allemagne signent la paix à Brest-Litovsk. Les Français doivent plier bagage. L’un d’eux, Pierre Pascal, décide de rester. Il ne reviendra en France que dix-sept ans plus tard. Lire la suite « Pierre Pascal, grand passeur de la culture russe en Occident »

« François Ier a donné naissance à la nation française »

« François Ier a donné naissance à la nation française »
Pour de nombreux historiens, c’est dans la première partie du XVIème siècle que se dessine les contours de l’Europe moderne. La France est marquée par le règne de François Ier, considéré comme le premier chef d’état d’un royaume qui commence à s’affirmer en tant que nation. Dans la récente biographie qu’il consacre à ce monarque, l’écrivain Max Gallo retrace le parcours politique d’un homme politique qui a marqué son temps. Sous sa plume, on assiste à la naissance de la raison d’Etat et à la formation d’alliances d’un genre nouveau. Une version un peu plus courte de cet entretien est parue dans le Matin Dimanche du 21 septembre 2014.

Lire la suite « « François Ier a donné naissance à la nation française » »

L’Economie est-elle une discipline en crise ?

Alors qu’une crise sans précédent frappe notre économie mondialisée, la critique se fait parfois virulente à l’encontre des économistes. Ne pouvait-on pas prévoir ce qui allait nous arriver ? C’est ce dont nous souhaitons discuter avec nos invités : nous pourrons ainsi débattre des fondements de l’économie, de son articulation avec d’autres disciplines académiques et de ses usages par les médias.

Cette émission de la langue des bois a été enregistrée en janvier 2009. Elle n’a pourtant pas pris une ride.


Invités

Pascal Bridel, professeur d’économie politique à l’Université de Lausanne

Christian Campiche, journaliste économique

André Mach, Maître d’enseignement et de recherche en science politique à l’Université de Lausanne.

Nettoyage de printemps

Nettoyage de printemps

Pas beaucoup d’activité sur Chacaille ces derniers mois. la faute à pas de temps, à la famille, à Ithaque, au boulot. Un peu d’épuisement aussi. J’ai toutefois envie de réorganiser un peu la vitrine en publiant ici d’anciens textes parus sur d’autres supports et sur l’ancien blog de Chacaille. Ce petit nettoyage de printemps pourrait peut-être me permettre de définir une autre ligne pour ce blog. J’aimerais y publier de manière plus régulière des comptes-rendus de lectures (essais, livres d’histoire, romans, …).

Il risque donc d’y avoir un peu de mouvement, surtout si vous êtes abonnés au fil RSS ou si vous recevez une alerte mail à chaque nouveau post. Mes excuses.

Pas le Temps de citer mes sources…

Pas le Temps de citer mes sources…

Intéressant ce papier dans le Temps d’aujourd’hui. On y apprend que les chercheurs se mobilisent pour la création d’un département fédéral en charge de la formation supérieure et de la recherche. Un scoop ? Non pas vraiment puisque c’est le Matin Dimanche qui a dévoilé la lettre ouverte rédigée par un groupe de prestigieux chercheurs. Le journaliste se contente d’une formule sibylline :

Denis Duboule, de l’Université de Genève et l’EPFL fait partie des 16 signataires d’une lettre au Conseil fédéral dévoilée dimanche.

Le Temps ne souhaiterait pas s’abaisser à citer des sources issues d’un journal jugé peut-être trop populaire ?  Ce n’est en tout cas pas la première fois que ce problème survient au sein de la rédaction du « média suisse de référence ».

Guillaume Henchoz

Du journalisme au 29e siècle

Du journalisme au 29e siècle

« La Journée d’un journaliste américain en 2889 » est un livre iconoclaste à plus d’un titre. Le contexte de rédaction, d’abord. Cette nouvelle a été écrite par Michel Verne, fils de son père, publiée au nom de ce dernier. toutefois Jules en assumera la paternité et en retouchera certains passages. L’objet, ensuite. Il s’agit d’une bande-dessinée reprenant la nouvelle des Verne, accompagnée d’un dossier fort bien fourni, à la fois drôle, pédagogique et sérieux. Le récit enfin. Il est question d’une journée particulière de la vie de Francis Bennett, grand magnat de la presse.

Pour une fois les Cassandre avaient tort : le journalisme existe toujours au 29e siècle. La profession n’a pas encore disparu dans les limbes de la techno-science et de l’abrutissage des masses. Mais le soulagement fait cependant vite place à l’amertume. Le métier n’a plus rien de très glamour. Alignés en rang d’oignons et s’adonnant à une activité qui ressemble à s’y méprendre à du bâtonnage de dépêches, les reporters du XXIXe siècle ont tout des forçats de l’info du XXIe.

Le génie de Michel Verne est d’avoir imaginé une technologie qui révolutionne la consommation de l’information. Il s’agit du « journalisme téléphonique ». Le Earth Herald n’est pas imprimé, il est parlé. C’est dans une rapide conversation avec un reporter, un homme politique ou un savant, que les abonnés apprennent ce qui peut les intéresser. Quant aux acheteurs au numéro, on le sait, pour quelques cents, ils prennent connaissance de l’exemplaire du jour dans d’innombrables cabinets phonographiques. Le journal se finance également grâce à la publicité : Le Earth Herald a développé une technique d’inscription publicitaire sur les nuages qui véhiculent aussi les manchette des éditions à venir. Des pistes à creuser pour sortir de la crise ?

Guillaume Henchoz


Références :

Monsieur Guerse, La journée d’un journaliste américain en 2889 (d’après l’œuvre de Michel Verne), 6 pieds sous terre ed , 2009