«Parmi les diverses carrières de la vie sociale, toutes exigent de ceux qui les parcourent certaines qualités morales spécialement liées à leur fonction. (…). La diplomatie seule fait exception à cette règle générale». L’auteur de ces lignes sait de quoi il parle. Le Prince polonais Adam Jerzy Czartoryski envoyé en Russie comme otage aura été Ministre des Affaires étrangères du Tsar, éminence grise du Congrès de Vienne qui répartit les nouvelles frontières de l’Europe en 1815 avant de prendre part à la révolution polonaise avortée de 1831. Czartoryski s’est frotté au subtil art de la diplomatie dans une Europe meurtrie par les guerres napoléoniennes. Il tire de son expérience un curieux essai sous la forme d’un plaidoyer pour une diplomatie à visage humain.

Il constate un décalage important dès qu’il est question d’affaires diplomatiques. La morale reste en suspend pour faire place une longue litanie de vices. «Prédation», «mensonge», «égoïsme», gouvernent les relations entre les Etats : «L’équité, l’humanité, la grandeur d’âme sont réputées pour une espèce de folie niaise qui excite un sourire moqueur chez les gens du métier». Faux Candide, Czartoryski pointe les travers de la pratique diplomatique dans l’Histoire. Il se désole du fait que L’art subtil de la négociation entre les Etats passe par la rédaction de traités aux tournures si alambiquées qu’elles permettent d’affirmer tout et son contraire.

Ce prince polonais qui vit plusieurs fois son pays liquidé sur la scène internationale et qui finit par trouver refuge en France n’est pas un pessimiste pour autant. Il reste persuadé que l’avancée progressive du droit international va permettre une moralisation des relations entre les nations, le triomphe du «juste» et du «vrai» sur le «profitable». La diplomatie est aussi une discipline qui s’enseigne et s’étudie ; Czartoryski entend intervenir à ce niveau pour la moraliser. Si son analyse s’avère peu pertinente au regard de l’histoire, ses aspirations, elles, restent d’une actualité criante.

Guillaume Henchoz

Notule publiée dans le Courrier du 4 juin 2011

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s