[tweetmeme source=”chacaille” only_single=false]

Le tout prochain lancement de Prison Valley par le site internet d’Arte contribue largement à attirer l’attention sur  les webdocumentaires. Ces nouveaux objets multimédias  se situent au croisement de différents supports (écriture web, photographie, audio et vidéo). Nous en avions déjà parlé ici. S’ils permettent  de donner un nouveau tempo  à l’information sur la Toile, ils sont toujours peu rentables, de par leur orientation web, précisément. Pourtant un bon webdoc nécessite du temps et l’implication de nombreux professionnels.

Présenté par ses réalisateurs comme un road movie participatif, Prison Valley est un documentaire qui propose aux internautes d’accompagner les enquêteurs dans le système carcéral américain. Le récit s’annonce des plus intéressant: l’enquête porte en grande partie sur le quotidien des personnes qui gravitent autour de l’industrie pénitenciaire. Prison Valley est une expression qui désigne une région dont l’économie repose presque entièrement sur un gigantesque complexe pénitencier.

Les choix de récits employés par les journalistes de Prison Valley sont maintenant un classique du genre webdocu. Il s’agit d’élaborer un dispositif narratif qui puisse rendre la lecture du documentaire la plus immersive possible. Tout d’abord, il faut noter un changement de personne au niveau de la focalisation :  l’histoire se déroule autour d’un « nous » englobant, loin de son utilisation universitaire visant à une certaine neutralité axiologique. Ensuite le récit peut parfois prendre des détours selon les envies du lecteur. Arrivés à certains points du documentaire, il est possible de s’orienter vers une autre trame à travers laquelle on peut creuser un thème. Toutefois la ligne narrative de Prison Valley n’est pas aussi éclatée que celle de Ciudad Juarez. Le webdocumentaire dure environ une heure avec un début et une fin. Le temps de visionnage peut cependant rapidement doubler si on s’arrête pour emprunter les détours que nous proposent les enquêteurs et les autres pistes à creuser qui surviennent au cours du récit. Pour finir, notons que Prison Valley se veut beaucoup plus interactif que les précédent webdocs développés jusqu’alors. Les internautes pourront dialoguer entre eux et les « personnages » de l’enquête répondront aux questions que ne manqueront pas de leur poser les visiteurs. Bref, l’internaute se retrouve « embedded ». Un peu comme un journaliste à l’arrière d’un Hummer filant droit sur Bagdad.

Si c’est du webdocumentaire dont on a beaucoup parlé, la nouveauté me semble en fait se trouver ailleurs. Ce qui paraît le plus intéressant avec cette enquête est surtout la multiplicité des supports qu’elle utilise pour organiser sa médiatisation: Pus qu’un webdocumentaire, l’enquête se décline sous la forme d’un documentaire classique qui sera diffusé sur la chaîne Arte. Un livre sera également publié (avec des pages en papier, et tout, et tout). Côté multimédia, une application Iphone est même envisagée. Ces supports variés vont contribuer à une diffusion optimale . Gageons que cela permet  aussi de développer un modèle de financement qui ne dépende pas que du web … et qui du coup, pourrait rapporter un peu d’argent – après tout, pourquoi pas ?

Guillaume Henchoz

Quelques liens en vrac :

Advertisements

4 réflexions sur “Prison Valley: un webdocu mais pas que (billet de saison…)

  1. Bonjour Guillaume,

    Un petit mot pour vous dire que, grand dieu, on espère SURTOUT PAS que «l’internaute se retrouve « embedded ». Un peu comme un journaliste à l’arrière d’un Hummer filant droit sur Bagdad.»..

    En effet, le journalisme-embedded est bien TOUT ce que nous fuyons au maximum. Ce n’est surtout pas pour le reproduire ,-)

    Rendez vous jeudi ,)

    Cordialement,
    David

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s