Le New York Times : une newsroom bien huilée

Cécile Dehesdin est journaliste multimédia. Effectuant une formation à l’Université de Columbia (NY), elle a eu l’occasion de visiter la newsroom des infos locales du prestigieux New York Times (NYT). EDITO a recueilli ses impressions.

Cécile Dehesdin, vous avez passé une journée au sein de la rédaction Metro du NYT (ndlr : il s’agit de la rubrique locale). Comment sont organisés ses différents services ?

En plus des reporters de la rubrique, on y trouve un rédacteur en chef en charge des pages du web, un «assignment editor» qui s’occupe de répartir les journalistes sur les différents sujets du jour, le rédacteur en chef du blog local «City Room», et deux «web producers»:  l’un s’occupe de mettre en ligne les articles de la rubrique, l’autre contribue à la gestion des blogs du «City Room».

Comment s’élabore l’espace dans lequel ces différents services collaborent ?

La rédaction du NYT est désormais de type «intégrée», au sens ou tous les membres de l’équipe éditoriale, qu’ils travaillent sur la version papier ou web du journal, sont réunis dans la même grande salle de rédaction. Concrètement, dans la rubrique «Metro», le rédacteur en chef web est assis entre l’ «assignment editor» et le rédacteur en chef de City Room. En face et à côté d’eux se tiennent les bureaux des journalistes et des «web producers». Quelques mètres plus loin, on trouve les autres rubriques du journal, l’équipe photo, les correcteurs, etc.

Quel circuit suit une information standard ?

Pour une info simple, un reporter écrit un court post pour «City Room». Il le rallonge et le transforme ensuite pour le site web du NYT et l’édition papier. Il l’envoie alors à un «news clerk» – personne en charge de rentrer les articles dans les systèmes informatiques- qui l’éditionne d’abord pour le web, puis pour le papier. Un chef de rubrique le relit une première fois, puis le fait passer aux correcteurs, A ce stade, les articles font l’objet de deux relectures attentives afin de supprimer les coquilles. Si l’article est sélectionné pour l’édition papier du lendemain, il est encore relu par une série de correcteurs, alors même que la plupart du temps, l’article qui parait dans le papier est identique à celui éditionné en ligne.

Qu’est-ce qui différencie exactement le service de blogs alimenté par les journalistes et le journal en ligne ? Est-ce que ce sont les mêmes journalistes qui signent ?

Deux ou trois reporters de la rubrique «Metro» sont assignés à «City Room», mais ils signent aussi des articles dans la version papier et dans le site web du journal. En fait, n’importe quel journaliste peut être amené à publier un post pour le blog quand le sujet s’y prête. Si certains journalistes sont plutôt orientés papier et d’autre web, je n’ai pas vraiment pu constater de hiérarchie entre eux.

Cécile Dehesdin tient un blog sur les nouvelles pratiques du journalisme depuis les Etats-Unis où elle termine sa spécialisation de journaliste multimédia

Guillaume Henchoz

Interview publiée dans le magazine EDITO, mars 2010

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s